Speech

Chancellor of the Duchy of Lancaster gives the MEDEF keynote address

Chancellor of the Duchy of Lancaster David Lidington gave a speech in France today.

David Liddington delivering the speech

Mesdames et Messieurs… it is a great pleasure to be here - and it has been a fascinating morning. As I remind my French colleagues at every opportunity, year in year out we import more of your things than we export - but unfortunately the tradition of Universités d’été has not yet crossed the Channel.

May I first express my sincere thanks to Geoffroy Roux de Bezieux for the privilege of this invitation, and for all that he and his superb team at MEDEF have been doing to facilitate dialogue between the French and British business communities at this important time in our relations.

Shared History and Values

Ladies and Gentlemen, relations between the UK and France today are unprecedented in their breadth and strength. More than 150,000 British citizens live in France, and at least 165,000 French citizens live in the UK.

We share deep cultural ties and a history so long that it stretches back even beyond than Julius Caesar’s first invasion of Britain in 55BC. Something confirmed by any reader of Asterix.

A mere 23 miles of sea – pardonnez-moi, trente-trois kilomètres – separate us.

You are our gateway to Europe on what we like to refer to as the ‘continent’.

And yes – for all our differences – the truest of friends.

We share almost 80 billion Euros in trade, and investment across the channel supports more than half a million jobs in both countries.

The mercantilist system of rivalry and conflict that once characterised relationships in Europe is now long in the past.

Trade liberalisation has been key to the peace, stability and prosperity that we have enjoyed in Western Europe in recent decades.

And it is an agenda France and the UK have worked together to promote.

It is through this system that France continues to enjoy a big trade surplus in goods with the UK. In fact, it is currently France’s biggest trade surplus with any EU country - in the region of 6 billion Euros annually.

We share common values. Indeed the Rights of Man penned by the revolutionaries of 1789 are France’s gift to Western Civilisation.

And today respect for human dignity, human rights, freedom, democracy and equality are treasured not only by us, but around the world.

Together we have played in different ways a key role in developing modern democracies, with our method today somewhat more evolutionary than revolutionary.

As permanent members of the United Nations Security Council, we collaborate daily on international issues.

And my country’s defence cooperation with France is exceptionally close, with our countries being the only European powers able to deploy and sustain significant military force overseas.

And we are able to do so jointly.

Time and again we find ourselves on the same side of the argument across international issues: on Iran, on trade, on climate change and the Paris Accords, in response to the horrifying acts of terrorism like the ones seen in Paris and Nice.

And in response to Russia’s use of chemical weapons for another assassination attempt on British soil we greatly appreciated the solidarity that France showed by expelling four Russian diplomats.

Today in the Sahel, 3 RAF Chinook helicopters are now deployed alongside their French comrades, providing powerful support to the French operation fighting the terrorist threat on the ground.

And it is from this unique position of closeness that we stand as neighbours and allies amid great global change.

And I believe that this is a time when Europe, and by there I mean Europe inside the EU and Europe outside the EU, needs to pull together to embrace the spirit of unity and cooperation that has been the cause of our success for more than half a century.

Because the foundations of the world order that we forged, that we worked together to build in the aftermath of war are creaking:

Economic power is diffusing away from Europe and America.

Military power is shifting in its wake.

The spectre of nuclear proliferation has reared its head again.

The threats of climate change are becoming ever more real.

And migration is putting strains on state services and social cohesion.

Breaches of international norms are becoming more frequent and are going unchallenged.

The truth is the march of democracy and liberalism has lost pace, in and some places has reversed.

Even in Europe, dark political forces, long banished to the very fringes of society and the ashes of history, are now re-emerging – feeding on the reality of resentment over inequality, stalling standards of living and rapid social change.

So this is the time to pull together;

To work together to solve these common problems;

To reinforce the liberal democratic world order that has nurtured our interests for so long;

To show unity in the face of division, resolution in the face of doubt and cooperation in the face of competition.

As we have done together for more than a hundred years.

Barely a month goes by when the UK and France do not commemorate the sacrifices that we have made for the peace and liberty of our continent.

This November, we will mark 100 years since the end of the Great War.

Next year we will mark the 75th anniversary of D Day when over sixty thousand British troops landed on the beaches of Normandy to help liberate Europe from tyranny.

And our commitment today is as steadfast as it was then.

The UK today accounts for around 27% of defence spending by EU Member States and for us the security of Europe is the security of the UK.

My government has been clear throughout our discussions with our European partners on our future relationship: we want a deep and special partnership with the EU. We are and we shall remain a proud European nation committed to European values, European security and European trade.

My country’s vote to leave the institutions of the European Union was a vote to have greater control of our national destiny.

We have always had a complicated relationship with the EU, both before our membership and during.

And this reflects our particular history and institutions, especially the role of our Parliament in our national life and our historic links with other partners across the globe.

Those historic trading relationships were a key reason why we hesitated to join the early predecessors of the EU in the first place.

For us, for the British people, the EU is a political and economic institution and not synonymous with ‘Europe’.

I emphasise again: our referendum was not a vote to abandon the unity, cooperation and trade with our European friends that has served us so well.

And we intend looking forward to remain faithful to the shared European values that underpin this cooperation. An unswerving commitment to the rule of law, human rights and democratic institutions will always be the foundation of our partnership.

So today, I want to discuss the UK’s proposed model for our future relationship with the EU and to make an appeal that, in considering how to respond to our proposal for a broad and ambitious partnership, the EU also take into full account the geopolitical context – and potential implications – of that decision.

Our future relationship

Let me first emphasise this: the UK has made a strategic choice.

In deciding what kind of relationship we want with the EU after Exit, we have resolutely strived for a deal that keeps us as close to our European allies and trading partners as possible, whilst at the same time respecting the result of the referendum.

A deal that preserves the links we have.

That keeps us standing together as economic and political partners.

We are totally committed to a partnership that will endure for the long-term, and that will keep our people safe and prosperous.

Now this approach should not be taken for granted. There are those in the UK who wanted a looser relationship.

Who wanted to cast off all the links that we had built and start again from scratch.

Who wanted to cut off regulatory ties to the EU entirely.

Who on trade wanted Britain to face away from Europe.

Our government has been clear that in order to sustain our partnership, we will need to find compromises and a new balance of rights and obligations.

But there are certain issues that are non-negotiable. Any solution must respect the result of the referendum. One where people voted more than at any other UK election.

We must have the freedom to be able to negotiate free trade agreements with other trade partners around the globe and to determine our own immigration policy.

And any solution must respect the constitutional and economic integrity of the UK, while avoiding any hard border between Northern Ireland and Ireland.

That is why the text put forward by the European Commission is impossible for us to accept, or for our Parliament to support.

Indeed, the House of Commons rejected amendments to our EU Withdrawal Bill aimed at keeping us within the customs union or the EEA.

Because membership of the EEA would entail continuing to accept freedom of movement and remaining in the customs union would undermine our ability to sign FTAs with other countries.

Such outcomes would simply not be consistent with our referendum result.

And the problem with a Canada-style Free Trade Agreement would not enable us to deliver in full on our commitments to the people of Northern Ireland as set out in the December Joint Report.

As neither of those outcomes works for the UK, last month the Cabinet agreed a new proposal for our future relationship.

It’s a proposal that addresses the issues that EU has raised about the vision set out by the Prime Minister at Mansion House and at Munich and that respects the legal autonomy of the EU as well as the sovereignty of the UK.

Our proposed Facilitated Customs Arrangement does respect the referendum result.

It helps businesses to import and export goods without friction; it respects the integrity of the customs union of the EU; and it would help to maintain the seamless border that has provided the basis for the deep economic and social cooperation that we see today on the island of Ireland.

I don’t pretend that these issues are easy to reconcile.

We understand the Commission’s concern to prevent issues like fraud. It is in our mutual interest to maintain the integrity of our respective markets.

And we are eager to resolve these issues through the negotiations. There are no other credible solutions on the table, so we must strive to make this work.

Similarly, our proposals for the future relationship have at their heart the need to avoid a hard border without compromising the EU’s autonomy or the constitutional integrity of the UK.

We remain focused on negotiating that future relationship alongside agreeing a legally operable backstop text as relates to the Irish border in parallel.

Yet the Prime Minister has been clear that the proposal brought forward by the Commission in March is one no British Prime Minister – or indeed Parliament – could accept.

That’s not only because of the suggestion that it would impose a customs border within the United Kingdom – but also because its approach does not respect that set out in December’s Joint Report.

Much like the Good Friday Agreement, this is a delicate political balance.

So as we take the process on the backstop forward, and we’re determined to do so, we must keep in mind that approach. Respecting and preserving Northern Ireland’s place in the UK’s internal market; recognising the hugely important trade links both North-South and East-West and ensuring that any solution properly respects the identity, the ethos and the aspirations of both communities and traditions within Northern Ireland.

At the same time, we should be clear, as both the Prime Minister and the Taoiseach have been, that meeting our commitments to the people of Northern Ireland. Avoiding a hard border, maintaining the conditions for North-South cooperation and upholding the Belfast Agreement are all best achieved through a deep and special future partnership with the EU, which would ensure that in practice the backstop is not required.

And that is what our proposed free trade area for goods would do, by committing us to a common rulebook covering those things necessary to provide for frictionless trade at the border. Whether that border is between Ireland and Northern Ireland or between Calais and Dover. I want to stress this point. This is not about cherrypicking, or avoir le beurre et l’argent du beurre - et meme le sourire de la cremiere it is about finding a compromise that reconciles the fundamental interests of both the UK and EU. And it is not just in our interests.

The EU is a net exporter of goods to the UK, so it is obviously beneficial to businesses here to keep trade frictionless.

But we respect the EU’s position and we are not seeking to undermine the integrity of the single market, which we are leaving.

We will no longer have the rights of a Member State.

Nor will we have the same market access or influence.

We will have no British Commissioner, no UK MEPs, no UK Prime Minister around the European Council Table, no votes and no vetoes.

But we will remain committed to sharing the same rules to ensure a frictionless border and fair competition.

Our proposals would ensure a level playing field – with UK commitments on areas like state aid, environmental standards, social and employment protections and other regulatory standards.

We also propose a robust dispute resolution mechanism to allow for a means of redress if in the future the UK does not fulfil its obligations.

We are clear that this new relationship requires a new balance of rights and obligations.

I believe these commitments ensure that the UK cannot seek to gain a competitive advantage through unfair subsidies or reducing regulatory standards. Now I will be frank with you. What was in the Chequers’ package was a hard fought compromise that not everyone in the government agreed with, which is why we saw two (senior) Cabinet resignations. Yet the fact remains that the current Cabinet is fully signed up to the proposals in the Chequers White Paper.

The White Paper represents a compromise that we are ultimately willing to make, not least because it enables us to avoid a border between Ireland and Northern Ireland, while still maintaining the constitutional and economic integrity of the United Kingdom.

Our proposals mean that we can avoid the need for regulatory checks at the frontier, protect our highly integrated supply chains, and enable products to undergo only one set of approvals and authorisations. It goes without saying that these proposals also serve to protect businesses on both sides of the Channel.

This is particularly important for the large number of small- and medium-sized enterprises, who form the bedrock of our economies and are a crucial source of innovation, employment and entrepreneurship.

I understand that the EU is concerned that we could lower our standards to gain a competitive advantage.

I believe these concerns are completely unfounded. Like France, we view economic growth, consumer and worker protection and sustainable development as going together hand in hand, not as trade-offs.

We have a strong record as one of the leading countries for championing Clean Growth, which we have put at the heart of our Industrial Strategy.

We’ve already got some of the highest environmental standards in the world, and we expect there to be a reciprocal non-regression commitment in any agreement we strike.

On services, we are seeking a looser relationship based on new arrangements, which we recognise means that the UK and EU will not have current levels of access to each other’s markets.

We are seeking to ensure high levels of cooperation continues in areas such as transport, energy, and financial services.

The finance and insurance sectors also represent 22% of France’s total trade with the UK.

Our financial services sector is one of the most tightly supervised and regulated markets anywhere in the world. Given our painful experience of the 2008 Financial Crisis and the importance of financial stability, we are totally committed to maintaining global standards and it is in our interests that we do so.

As regards for our future security partnership with Europe, we have made an unconditional commitment to maintain the high level of co-operation that we currently enjoy.

We want to continue and build-on the practical co-operation around the number of tools and measures we have developed that support our combined operational capability, like the European Arrest Warrant.

This is not simply a UK ‘ask’. In 2015-16, the UK made fewer than 250 requests for arrests in other Member States.

In the same year, other Member States made almost 15,000 requests for arrest in the UK – nearly sixty times as many – and more of a thousand of which came from France.

Though we will no longer be part of common policies, participation in key agencies such as Europol and Eurojust would allow us to share information effectively.

So we want a set of proposals to maintain our close cooperation and reflects that fact that as the common threats we face evolve, so must our joint capabilities. We firmly believe that it is in our shared interests to do so.

This is also one of the reasons why the UK regrets the lack of creativity in the Commission’s approach to the Galileo satellite programme, which bolsters all of Europe’s resilience, defence and economies, which are now dependent on space.

The UK has invested heavily in Galileo – our experts and our finances – because we believe in it.

But to justify maintaining our contribution, it is right that our access to the system, its information and contracts is also maintained. The UK needs to be involved in the ongoing design and build of the system.

We need to understand its reliability and efficiency to help identify, monitor and address its vulnerabilities and develop its strengths.

Just as MEDEF fights for French jobs, you should expect me to fight for British jobs – and I will continue to do so.

But we can fight together for fair competition. There are many genuine security risks to Europe’s space infrastructure.

But I can promise you, the UK is not one.

With or without Galileo, we will continue to invest our expertise in the defence and security of Europe, as we always have.

We continue to see France as one of our closest allies to this end.

Strategic context and risks of failure

So we have put forward a precise, responsible and credible basis for progressing the negotiations.

With exactly seven months until the end of Article 50 process and less than two months ahead of the October European Council. We face the choice between the pragmatic proposals we are discussing now with the European Commission, or the risk of no deal.

The alternative models do not meet the level of ambition or the outcome we all want to see delivered.

So we need the EU to engage in negotiating the detail of our positive vision of the future relationship.

We are confident that both sides can and will agree a deal. We have already agreed around 80% of the Withdrawal Agreement and are making further progress on the outstanding separation Issues.

And we wholeheartedly believe that such a deal is in everyone’s interests.

It is not just important for the UK and the EU, it is important for Europe’s place in the world and its relationships with its neighbours and partners more generally.

I truly feel that we are at a fork in the road.

There are trends on both sides of the channel, on both sides of the North Sea, and both sides of the Atlantic that could see us drift apart.

In the heat of negotiations it is easy to forget that we and our European allies are on the same side.

We all want a deal.

But without compromise, pragmatism and appreciation of the wider context, there is a risk that we do not strike a deal before March 2019 and we end up leaving without one.

This is not what either side wants or expects. But we have a duty to prepare.

We need to have sensible, responsible and realistic conversations with our citizens, businesses, and others so that we can mitigate the risks.

Some have argued that a good deal for the UK could undermine the EU project. But this is not a zero sum game.

There is a good deal to be had for both sides.

We must be able to build shared European approaches to address common challenges.

The EU needs its relationships with its neighbours to be positive, constructive and based on common interests, not a kind of fortress that one is either inside or out.

In an age where people are losing confidence that their political systems, I don’t think it is in anybody’s interest and certainly not those of the EU – to try to keep the British people in the EU against the wishes of the majority of them.

And the short-term disruption to businesses caused by a No Deal Exit would only feed resentment, division and the radical political forces waiting in the wings.

The other path leads to a reinvented, refreshed and reinvigorated relationship of unity, cooperation and trade. A new accommodation:

In which the UK restores its sovereignty.

In which the EU can pursue its project of ever-closer union without the UK resisting that trend.

In which we reaffirm our shared commitment to cooperation, our common values and common prosperity.

In which we can harness economic growth on other continents rather than try to shield ourselves from it.

In which we stick up for our values.

In which we defeat those who are seeking to splinter our alliances, benefit from our distraction and usurp the global order that we built together.

I believe that we are - and we remain - indispensable partners in an unpredictable world. Now is the opportunity to renew, to cement that partnership in a different way so that we are equipped to face that turbulent future together.


French translation

Rt Hon. David Lidington CBE MP Chancelier du duché de Lancastre, ministre chargé du « Cabinet Office »

Discours liminaire au MEDEF

Introduction

Mesdames et Messieurs…c’est un immense plaisir d’être parmi vous aujourd’hui – et cette matinée fut très intéressante. Comme je le rappelle trop souvent à mes collègues français, le Royaume-Uni importe bien plus de produits français que nous exportons vers la France et, pourtant, cette excellente tradition des « Universités d’été » n’a jamais été exportée de l’autre côté de la Manche.

Je tiens à remercier Geoffroy Roux de Bezieux pour cette invitation qui m’honore, et pour tout ce que lui et son excellente équipe au sein du MEDEF ont fait pour faciliter un dialogue continu entre les milieux d’affaires français et britanniques pendant cette période importante de notre histoire.

Une histoire et des valeurs partagées

Mesdames et messieurs, Les relations entre le Royaume-Uni et la France n’ont jamais été aussi riches, aussi solides qu’aujourd’hui. Plus de 150 000 citoyens britanniques vivent en France et au moins 165 000 citoyens français vivent au Royaume-Uni.

Nous partageons des liens culturels solidement noués et une histoire tellement durable qu’elle remonte au-delà de la première invasion de la Grande-Bretagne par Jules César, en 55 av. J.-C. Un fait qui pourra être confirmé par les lecteurs d’Astérix.

23 petits miles – que dis-je, 33 km ! – nous séparent.

Vous êtes notre passerelle d’accès à l’Europe, à ce que nous appelons volontiers le « continent ». Et n’ayons pas peur de le dire malgré toutes nos différences, nos plus sincères amis.

Nous partageons la valeur de près de 80 milliards d’euros d’échanges. Le flux d’investissements transmanche emploie plus d’un million de personnes dans nos deux pays.

Caractéristique des anciennes relations en Europe, le système mercantiliste basé sur la rivalité et le conflit n’existe plus depuis longtemps.

La libéralisation des échanges a joué un rôle déterminant dans la paix, la stabilité et la prospérité qui règne en Europe de l’Ouest depuis plusieurs décennies.

Et la France et le Royaume-Uni ont travaillé ensemble pour favoriser le développement de ce programme. À travers ce système, la France continue de bénéficier d’un excédent commercial considérable grâce aux biens vendus au Royaume-Uni, qui, à environ six milliards d’euros par an, représentent actuellement pour la France, l’excédent commercial le plus important tous pays de l’Union européenne confondus.

Nous partageons des valeurs communes. Hérités des révolutionnaires de 1789, les droits de l’Homme sont notamment le cadeau de la France à la civilisation occidentale.

C’est ainsi qu’aujourd’hui non seulement nos pays, mais le monde entier également, considèrent le respect de la dignité humaine, les droits de l’homme, la liberté, la démocratie et l’égalité comme des attributs précieux.

Ensemble bien que différemment, nous avons joué un rôle déterminant dans le développement de démocraties modernes, en adoptant aujourd’hui, en ce qui nous concerne, une approche tant soit peu plus évolutionnaire que révolutionnaire.

En notre qualité de membres permanents du Conseil de sécurité des Nations Unies, nous collaborons jour après jour pour traiter des problématiques internationales.

Dans le domaine de la défense, la coopération de mon pays avec la France est extrêmement rapprochée. Nos pays sont les seules puissances européennes capables de déployer durablement des forces armées considérables à l’étranger.

Et qui plus est, de le faire conjointement.

Nous nous trouvons à maintes reprises du même côté des arguments liés aux problématiques internationales : à propos de l’Iran, de commerce, de changement climatique et sur les Accords de Paris dans notre réponse face aux horribles actes de terrorisme comme on l’a vu à Paris et à Nice.

Et lors d’une autre tentative d’assassinat russe à base d’armes chimiques sur le territoire britannique, nous avons largement apprécié le témoignage de solidarité par lequel la France a renvoyé dans leur pays, quatre diplomates russes.

Aujourd’hui au Sahel, trois hélicoptères Chinook de la RAF et leurs équipages ont été déployés auprès de leurs camarades français, pour fournir un soutien puissant aux opérations françaises luttant contre la menace terroriste sur place.

Et cette position unique de rapprochement nous donne les moyens de relever, en tant que voisins et d’alliés, les défis d’une véritable transformation mondiale.

Et je pense que le moment est venu pour que l’Europe, et par cela je veux dire l’Europe au sein de l’Union européenne et l’Europe en dehors de l’Union européenne, d’unir ses efforts de promouvoir l’esprit d’unité et de coopération auquel nous devons notre réussite depuis plus d’un demi-siècle.

Notamment parce que les bases de l’ordre mondial forgées ensemble au lendemain de la guerre s’affaiblissent :

  • Le pouvoir économique s’éloigne de l’Europe et des États-Unis.
  • Le pouvoir militaire change dans son sillage.
  • Le spectre de la prolifération nucléaire a refait surface.
  • Les menaces du changement climatique sont de plus en plus concrètes.
  • Et les services publics et la cohésion sociale subissent la pression de la migration forcée.

Les violations des normes internationales sont de plus en plus fréquentes et ne font l’objet d’aucune résistance.

La vérité c’est que les progrès de la démocratie et du libéralisme ralentissent voire font machine arrière à certains endroits.

Même en Europe, les forces politiques sinistres longtemps écartées de la société et confinées aux cendres de l’histoire refont maintenant surface, se nourrissant de la réalité de la rancœur inspirée par l’inégalité, la stagnation du niveau de vie et une évolution sociale accélérée.

Le moment est donc venu d’être solidaires :

  • De travailler, ensemble, pour résoudre ces problèmes communs.
  • De renforcer l’ordre mondial libéral, démocratique qui alimente nos intérêts depuis si longtemps. *De faire preuve d’unité face à la division, de détermination face au doute et de coopérer face à la concurrence.

Tout comme nous le faisons ensemble depuis plus de cent ans.

Il est rare qu’un mois passe sans que le Royaume-Uni et la France commémorent leurs sacrifices, faits au nom de la paix et de la liberté de notre continent.

En novembre, nous célèbrerons le 100ème anniversaire de la fin de la Grande Guerre.

L’an prochain, nous marquerons le 75ème anniversaire des offensives du jour « J », du débarquement sur les plages de Normandie de plus de 60 000 soldats britanniques venus aider à libérer l’Europe de la tyrannie.

Et aujourd’hui, notre engagement est aussi ferme qu’à l’époque.

Le Royaume-Uni compte aujourd’hui pour environ 27% du budget de la dépense par État membre de l’UE et pour nous, la sécurité de l’Europe et celle du Royaume-Uni sont indissociables l’une de l’autre.

Mon gouvernement l’a exprimé sans équivoque pendant toutes nos discussions avec nos partenaires européens à propos de notre future relation : nous cherchons un partenariat approfondi et spécial avec l’UE. Nous sommes toujours une Nation européenne fière de l’être, engagée vis-à-vis des valeurs européennes, de la sécurité de l’Europe et du commerce européen.

La décision votée par mon pays de quitter les institutions de l’Union européenne, partait du souhait de façonner plus indépendamment le destin national de notre pays.

Notre relation avec l’Union européenne a toujours été compliquée, à la fois avant notre adhésion comme après et pendant.

Et cette particularité reflète notre histoire, nos institutions particulières et surtout, le rôle de notre Parlement dans la vie du pays et nos liens historiques avec nos partenaires internationaux.

Ces relations commerciales historiques font partie des principales raisons pour lesquelles nous avons, au départ, hésité à rejoindre les premiers membres de l’Union européenne.

Pour nous, le peuple britannique, l’UE est une institution politique et économique. Elle n’est pas synonyme d’« Europe ».

Je me permets à nouveau d’insister sur ce point. Notre référendum n’était pas un vote pour ou contre l’abandon de l’unité, de la coopération et des échanges avec nos amis européens, qui nous ont été tellement utiles.

Et nous comptons rester fidèles aux valeurs européennes partagées qui étayent cette coopération l’engagement inébranlable vis-à-vis de l’autorité de la loi, les droits de l’Homme et les institutions démocratiques seront toujours les fondements de notre partenariat.

Aujourd’hui, j’aimerais vous parler du modèle de coopération future que propose le Royaume-Uni et demander qu’en réfléchissant à la manière de répondre à notre proposition de partenariat à la fois large et ambitieux, l’Union européenne tienne compte pleinement du contexte géopolitique et des conséquences politiques possibles de sa décision.

Notre future relation

Permettez-moi de commencer en précisant ceci : le Royaume-Uni a fait un choix stratégique.

En décidant du type de relation souhaitée avec l’Union européenne après l’avoir quittée, nous avons résolument cherché un accord susceptible de nous permettre de rester aussi proches que possible de nos alliés et partenaires commerciaux européens, tout en respectant en même temps le résultat du référendum.

Un accord qui préserve nos liens.

Par lequel nous restons côte à côte, en tant que partenaires économiques et politiques.

Nous sommes engagés, à 100%, vis-à-vis d’un partenariat pérenne, capable de garantir la sécurité et la prospérité de nos citoyens.

Maintenant nous ne prenons pas pour acquise cette approche. Au Royaume-Uni, certains souhaitaient une relation plus libre.

  • Ceux-là prônent l’abandon des liens existants, un redémarrage à zéro.
  • Le choix inconditionnel de chercher l’indépendance réglementaire.
  • Et qui, en matière de commerce, voulait que le Royaume-Uni tourne le dos à l’Europe.

Notre gouvernement l’a exprimé clairement. Nous devrons, afin d’assurer la durabilité de notre partenariat, trouver des compromis, un nouvel équilibre entre droits et obligations.

Certaines problématiques n’en sont pas moins non négociables. Toute solution doit respecter le résultat du référendum. Un référendum où les gens ont voté plus que toute autre élection britannique.

Nous devons être libres de négocier des accords de libre-échange avec d’autres partenaires du monde entier, de déterminer notre propre politique d’immigration.

Par ailleurs, toute solution doit d’une part respecter l’intégrité constitutionnelle et économique du Royaume-Uni et de l’autre, éviter toute frontière physique entre l’Irlande du Nord et la République d’Irlande.

C’est pourquoi il nous est impossible d’accepter ou de faire ratifier par notre Parlement, le texte proposé par la Commission européenne.

Qui plus est, la Chambre des communes a rejeté les amendements de notre EU Withdrawal Bill, dont le but était de préserver notre appartenance à l’union douanière ou à l’EEE.

Parce que l’appartenance à l’EEE nous obligerait à continuer d’accepter la liberté de circulation et rester membre de l’union douanière nuirait à notre capacité de signer des ALE avec d’autres pays.

Ces aboutissements iraient tout simplement à l’encontre du résultat du référendum.

D’autre part, un Accord de libre-échange similaire à celui avec le Canada ne nous permettrait pas de tenir intégralement les promesses faites au peuple d’Irlande du Nord dans le « rapport conjoint » de décembre.

Dans la mesure où le Royaume-Uni n’accepte aucun de ces aboutissements, le Cabinet a convenu le mois dernier d’une nouvelle proposition de relation future.

Cette proposition traite les problématiques soulevées par l’UE quant à la vision formulée par le Premier ministre à Mansion House et à Munich, qui respecte aussi bien l’autonomie légale de l’UE, que la souveraineté du Royaume-Uni.

Notre Facilitated Customs Arrangement ou allègement des procédures douanières en revanche, respecte le résultat du référendum il aide les entreprises à importer et exporter des biens sans friction ; il respecte l’intégrité de l’union douanière de l’UE et contribuerait au maintien de la frontière sans couture, base de la coopération économique et sociale rapprochée qui existe à l’heure actuelle sur l’île d’Irlande.

Je ne prétends pas que ces problématiques sont faciles à concilier.

Nous comprenons les préoccupations de la Commission, notamment à propos de la prévention de la fraude. Le maintien de l’intégrité de nos marchés respectifs est une question d’intérêt réciproque.

Et nous souhaitons ardemment trouver une réponse à ces questions à travers les négociations. Aucune solution crédible n’ayant encore été proposée, nous devons nous efforcer d’arriver à une issue valable.

De la même manière, les propositions portant sur notre relation future ont pour motivation principale le besoin d’éviter une frontière physique, sans compromettre l’autonomie de l’UE ou l’intégrité constitutionnelle du Royaume-Uni.

Nous restons focalisés sur la négociation de cette future relation, parallèlement à l’acceptation simultanée d’un texte de solution « backstop » juridiquement applicable relatif à la frontière irlandaise.

Cependant le Premier ministre a indiqué clairement qu’aucun Premier ministre britannique – et qui plus est aucun Parlement – ne saurait accepter la proposition émise par la Commission en mars.

Ce n’est pas seulement parce qu’elle suggère d’imposer une frontière douanière au sein du Royaume-Uni, mais aussi parce qu’elle ne respecte pas l’approche évoquée dans le rapport conjoint de décembre.

Tout comme l’Accord du Vendredi Saint, c’est un équilibre politique fragile.

Nos efforts pour faire progresser la solution « backstop », et nous sommes déterminer à le faire, doivent donc tenir compte de cette approche en respectant et préservant la position de l’Irlande du Nord au sein du marché interne du Royaume-Uni, en reconnaissant les liens commerciaux nord-sud et est-ouest particulièrement importants et en veillant à ce que la solution, quelle qu’elle soit, respecte l’identité, la philosophie et les aspirations des deux communautés et des traditions en Irlande du Nord.

En même temps, soyons aussi clairs que l’ont été le Premier ministre et le Taoiseach, tenir nos promesses au peuple d’Irlande du Nord en évitant une frontière physique, en préservant les conditions propices à une coopération nord-sud et en respectant l’accord de Belfast dépend principalement de l’entretien d’une relation future profondément ancrée et spéciale avec l’Union européenne, qui assurerait que le recours à la solution « backstop » soit inutile.

C’est exactement ce que ferait notre zone de libre-échange de biens suggérée, en nous engageant vis-à-vis d’un corpus réglementaire commun, couvrant les aspects nécessaires pour assurer des échanges sans friction à la frontière aussi bien entre la frontière entre la république d’Irlande et l’Irlande du Nord, qu’entre Calais et Douvres. Je veux insister sur ce point. Il ne s’agit pas de trier sur le volet, d’avoir le beurre et l’argent du beurre [PAUSE] et même le sourire de la crémière mais de trouver un compromis susceptible de concilier les intérêts fondamentaux du Royaume-Uni et de l’Union européenne. Et pas seulement nos intérêts.

L’UE est un exportateur net de biens au Royaume-Uni. Les entreprises françaises ont par conséquent tout intérêt à faire en sorte que les échanges restent sans friction.

Cela étant, nous respectons la position de l’UE et nous ne cherchons pas à déstabiliser l’intégrité du marché unique que nous quittons. Nous abandonnons nos droits d’État membre. Nous ne jouirons plus des mêmes accès aux marchés, de la même influence commerciale.

Nous n’aurons plus de Commissaire britannique, de Membres du Parlement européen britanniques, de Premier ministre britannique à la table du Conseil européen, de vote ou de droit de veto.

Mais nous resterons engagés vis-à-vis de toute les règles de l’UE, pour garantir une frontière sans friction et la concurrence loyale.

Basées sur des engagements du Royaume-Uni dans des domaines comme l’aide de l’État, la protection environnementale, sociale et de l’emploi et d’autres normes réglementaires, nos propositions permettraient d’arriver à une situation équitable.

Nous proposons également un mécanisme robuste de résolution des différends prévoyant des moyens de recours au cas où, à l’avenir, le Royaume-Uni ne s’acquitterait pas de ses obligations.

Nous en sommes parfaitement conscients, cette nouvelle relation exige le rééquilibrage des droits et obligations.

Je crois sincèrement que ces engagements empêcheraient le Royaume-Uni de chercher à s’octroyer un avantage concurrentiel en pratiquant des subventions inéquitables ou l’atténuation des normes réglementaires.

Je vais être franc avec vous. Ce qui a été obtenu à Chequers était un compromis âprement disputé ne fait pas l’unanimité au sein du gouvernement, raison pour laquelle nous avons eu deux démissions (de ministres hauts placés) au sein du Cabinet.

Mais au final c’est un compromis (celui de Chequers) que nous sommes prêts à accepter, surtout parce qu’il nous permet d’éviter la création d’une frontière entre la république d’Irlande et l’Irlande du Nord tout en préservant l’intégrité constitutionnelle et économique du Royaume-Uni.

Nos propositions éliminent le besoin de prévoir des contrôles réglementaires à la frontière, protègent nos chaînes d’approvisionnement hautement intégrées et permettent de ne soumettre les produits qu’à une seule série d’approbations et d’autorisations.

Il va de soi que ces propositions protègent également les entreprises de part et d’autre de la Manche.

Cette considération est particulièrement importante pour les nombreuses PME, fondements de nos économies, sources cruciales d’innovation, d’emplois et d’entrepreneuriat.

L’UE craint apparemment que nous décidions d’édulcorer nos critères pour en tirer un avantage concurrentiel.

Je crois que ces craintes sont sans aucun fondement. À l’instar de la France, nous considérons la croissance économique, la protection du consommateur et des travailleurs, le développement durable comme des éléments indissociables les uns des autres et non pas comme des concessions.

Nos antécédents nous placent parmi les pays de référence dans le domaine de la promotion de la croissance propre, que nous avons placée au cœur de notre stratégie industrielle.

Nous avons déjà des normes industrielles qui figurent déjà parmi les plus exigeantes au monde et nous nous attendons à ce que tout accord conclu entre nous soit assorti d’un engagement réciproque de non-régression.

S’agissant des services, nous souhaitons une relation plus libre basée sur de nouvelles dispositions, tout en reconnaissant que le Royaume-Uni et l’Union européenne ne jouiront plus des niveaux d’accès actuels à leurs marchés réciproques.

Nous cherchons à garantir de hauts niveaux de coopération dans des domaines comme ceux des transports, de l’énergie et des services financiers. Les secteurs de la finance et des assurances représentent également 22% du total des échanges entre la France et le Royaume-Uni.

Notre secteur des services financiers est l’un des marchés les plus contrôlés et les plus réglementés de la planète.

Suite à notre expérience douloureuse de la crise financière de 2008 et compte tenu de l’importance de la stabilité financière, nous sommes totalement engagés vis-à-vis du maintien des normes internationales, maintien qui d’autre part est totalement dans notre intérêt.

S’agissant de notre partenariat de sécurité future avec l’Europe, nous nous sommes engagés, inconditionnellement, à maintenir le haut niveau actuel de coopération.

Nous souhaitons continuer et renforcer notre coopération pratique aux différents outils et mesures, développés conjointement pour assurer le soutien de notre capacité opérationnelle conjuguée, comme c’est le cas du Mandat d’arrêt européen.

Et le Royaume-Uni n’est pas le seul à en profiter. En 2015-16, le Royaume-Uni a soumis moins de 250 demandes d’arrestations dans les autres États membres.

Au cours de la même année, il a reçu près de 15 000 demandes d’arrestations au Royaume-Uni de la part d’autres États membres, soit près de six fois plus, dont plus de 1 000 provenant de la France.

Nous ne ferons plus partie des politiques communes, mais notre participation à des agences déterminantes comme Europol et Eurojust nous permettrait de partager efficacement les renseignements.

Par conséquent, nous cherchons un ensemble de propositions dont les termes nous permettraient de maintenir notre coopération rapprochée, reflétant le fait que nos capacités conjointes doivent nécessairement évoluer, parallèlement à l’évolution des menaces communes auxquelles nous devons faire face.

Nous sommes convaincus que cette approche sert notre intérêt commun.

C’est aussi l’une des raisons pour lesquelles le Royaume-Uni regrette le manque de créativité de l’approche de la Commission par rapport au programme de satellites Galileo, qui renforce globalement la résilience, la défense et les économies de l’Europe dépendant désormais de l’espace.

Le Royaume-Uni a fortement investi dans Galileo, aussi bien en termes d’experts que de finances, parce qu’il croit en ce projet.

Toutefois le maintien justifiable de notre contribution doit justement dépendre de celui de notre accès au système, à ces informations et contrats.

Le Royaume-Uni doit participer à la conception et à la construction en cours du système. Nous devons en comprendre la fiabilité, l’efficacité, afin de contribuer aux travaux visant à en identifier, surveiller et traiter les vulnérabilités, tout en développant ses atouts.

Tout comme le MEDEF lutte pour les emplois français, vous devriez vous attendre à ce que je lutte pour les emplois britanniques et à ce que je continue à le faire.

Nous pouvons néanmoins lutter ensemble pour le maintien de la concurrence loyale. Il y a de nombreux risques réels qui menacent la sécurité de l’infrastructure spatiale européenne.

Je vous promets que le Royaume-Uni n’en est pas un.

Avec ou sans Galileo et comme il l’a toujours fait, nous continueront d’investir son expertise dans la défense et la sécurité de l’Europe.

À cette fin, nous continuons de considérer la France comme l’un de nos plus proches alliés.

Contexte stratégique et risque d’échec

Nous avons donc proposé une base précise, responsable et crédible pour faire avancer les négociations.

À exactement sept mois de la fin du processus de retrait en application de l’Article 50, moins de deux mois avant le Conseil européen du mois d’octobre :

Nous faisons face à un choix entre des propositions pragmatiques que nous discutons en ce moment avec la Commission européenne, ou le risque d’un « no deal ».

Les modèles alternatifs n’atteignent pas notre niveau d’ambition ni l’objectif que nous voulons tous atteindre, Nous demandons par conséquent à l’Union européenne d’adhérer à négocier les détails de notre vision positive de notre relation future.

Nous sommes certains que les deux parties peuvent arriver à un accord est qu’elles y parviendront. Nous avons déjà accepté près de 80% de l’accord de retrait et continuons d’avancer par rapport aux problématiques de séparation restantes.

Nous sommes par ailleurs totalement convaincus qu’un tel accord serait dans l’intérêt de tous. Il n’est pas seulement important pour le Royaume-Uni et l’Union européenne. La place qu’occupe l’Europe sur la scène mondiale et plus généralement, ses relations avec ses voisins et partenaires en dépendent également.

Je crois profondément que nous arrivons à un croisement de notre histoire.

Certaines tendances des deux côtés de la Manche, des deux côtés de la mer du Nord et des deux côtés de l’Atlantique pourraient nous éloigner les uns des autres.

Il est facile, dans le feu des négociations, d’oublier que nous sommes, nous et nos alliés européens, dans le même camp.

Nous voulons tous arriver à un accord.

Mais sans compromis, sans pragmatisme et sans réfléchir au contexte plus général, nous risquons de ne pas y parvenir avant mars 2019 et de nous séparer sans accord.

Ce n’est pas ce que souhaitent ou ce à quoi s’attendent le Royaume-Uni ou la France.

Nous avons néanmoins le devoir de nous y préparer.

Nous devons engager des dialogues raisonnables, responsables et réalistes avec nos citoyens, entreprises, et autres afin d’atténuer les risques.

Certains soutiennent qu’un bon accord pour le Royaume-Uni risquerait de saper le projet de l’Union européenne. Mais il ne s’agit pas d’un jeu à somme nulle.

L’accord peut être bénéfique d’un côté comme de l’autre de la Manche.

Nous devons pouvoir construire conjointement des approches européennes pour relever des défis communs. L’Union européenne a besoin que ses relations avec ses voisins soient positives, constructives et basées sur des intérêts communs et non pas sur le principe d’une sorte de forteresse inclusive ou exclusive.

À une époque où s’érode la confiance en leurs régimes politiques des citoyens, personne… Je pense que ce n’est dans l’intérêt de personne…

Union européenne incluse, ne gagnerait quoi que ce soit en tentant de garder les britanniques dans l’Union européenne contre la volonté de la majorité d’entre eux.

Par ailleurs, les perturbations pratiques et les pertes à court terme inévitables pour les entreprises en cas de « No Deal », ne feraient qu’alimenter le ressentiment, la division et les forces politiques radicales prêtes à en profiter.

L’autre voie mène vers une relation réinventée, rafraîchie et revigorée basée sur l’unité, la coopération et les échanges. Un nouveau compromis, par lequel:

  • le Royaume-Uni ne serait pas gêné de sa souveraineté
  • l’Union européenne ne serait pas gênée de poursuivre son projet d’une union toujours plus rapprochée, par un Royaume-Uni refusant obstinément d’adhérer à cette tendance
  • nous réaffirmons notre engagement commun vis-à-vis de la coopération, de nos valeurs communes partagées et de notre prospérité commune
  • nous échangerons sereinement avec le reste du monde
  • nous exploiterons la croissance économique sur d’autres continents, au lieu de tenter de nous en protéger
  • nous défendrons nos idéaux
  • nous anéantirons les espoirs de ceux qui souhaitent scinder nos alliances, tirer parti de notre égarement et usurper l’ordre mondial que nous avons forgé ensemble

Je crois que nous sommes - et nous restons - les partenaires indispensables d’un monde imprévisible. Nous avons aujourd’hui la chance de renouveler, de consolider ce partenariat et de faire face à cet avenir agité ensemble.

Published 29 August 2018
Last updated 30 August 2018 + show all updates
  1. Added French translation.
  2. First published.