Actualités

Célébration de l’anniversaire de la Reine Elizabeth II à Kinshasa

Le 16 Juin, l'ambassade britannique a célébré l’anniversaire de la Reine Elizabeth II

Ambassador Graham Zebedee delivering his speech
Ambassador Graham Zebedee delivering his speech

L’ambassadeur Graham Zebedee s’est adressé aux nombreux invités comme suit,

“Bonsoir et bienvenue à l’ambassade britannique.

Pokwa elamu. Boyei bolamu na ndako na gai. Natondi bino banso botondi. Nakanisi bokosepela ma feti oyo.

Mais hélas, je ne vais pas faire tout ce discours en Lingala. L’année prochaine, peut-être.

J’ai le plaisir de vous accueillir ce soir à l’ambassade britannique pour célébrer l’anniversaire officiel de Sa Majesté la Reine Elizabeth II.

Ce soir je voudrais brièvement évoquer trois points.

Le premier point concerne la Magna Carta, ou Grande Charte en français.
Hier, c’était le 800ème anniversaire de la signature de ce document, en Angleterre, entre le roi et un groupe de barons rebelles. Il est souvent considéré comme la première constitution d’un pays au monde. Il garantissait les droits des personnes ordinaires et limitait les pouvoirs du roi. Il a jeté les bases de la primauté de l’Etat de droit et de la démocratie dans mon pays. Il a depuis lors influencé les systèmes de gouvernement dans beaucoup de pays.

Pourquoi mentionner ce fait ? Parce que les principes qui régissent la Magna Carta sont aussi importants aujourd’hui qu’ils l’étaient à l’époque. Tous les pays requièrent un système qui assure un usage correct du pouvoir. La démocratie en Grande-Bretagne a mûri au fil des 800 ans depuis la Magna Carta. Rome ne s’est pas construite en un jour - Londres non plus.

Mais la démocratie congolaise se développe beaucoup plus rapidement. Le prochain cycle d’élections est presque à nos portes. Parmi celles-ci, la tenue de la troisième élection au poste de président de la République est prévue en novembre 2016, et selon la constitution actuelle, il y aura un transfert de pouvoir.

Par conséquent, en novembre prochain, le Président Kabila sera en mesure de jeter un regard en arrière sur ses réalisations au cours de son mandat.
La stabilisation du pays, partant de l’état de guerre qui existait à l’époque où il était devenu Président. Les relations constructives avec tous les neuf pays voisins du Congo.
Un très impressionnant niveau de stabilité macroéconomique. Une croissance économique qui a atteint en moyenne 6,7 % au cours des dix dernières années – parmi les plus élevés au monde. Et, surtout, une réduction significative du pourcentage des personnes vivant dans une pauvreté extrême.

Le Président Kabila m’a réitéré à moi et aux autres ambassadeurs la semaine dernière que son intention est de tenir des élections pacifiques, justes et crédibles, organisées dans le respect de la Constitution. Nous nous félicitons vivement de ce message. De telles élections vont consolider la stabilité de ce grand pays et assurer l’héritage du Président. Et elles enverront le signal le plus fort possible que la RDC est un pays où tout le monde peut investir sur le long terme.

Le second point a plutôt trait à une chanson. C’est le Débout Congolais et en particulier la ligne suivante: O peuple ardent, par le labeur, nous bâtirons un pays plus beau qu’avant, dans la paix.

Je viens récemment d’arriver à Kinshasa, mais il est déjà évident que les congolais sont un peuple passionné, travailleur, épris de paix.

Ce soir, je vais décrire brièvement comment la Grande-Bretagne aide le peuple congolais à bâtir “un pays plus beau qu’avant”.

Tout d’abord, le Royaume-Uni travaille avec la RDC, y compris avec S.E.M. le premier ministre, afin d’améliorer le climat des affaires. La récente croissance économique réalisée par la RDC a été impressionnante, mais il est possible de faire beaucoup plus. Cela signifie des taxes et règlements qui soient justes, appliqués à tous, transparents et prévisibles. Trop souvent, on nous parle d’investisseurs qui ont été dissuadés d’investir et de créer des emplois dans le cadre du système actuel.

Mais le fait que dans son rapport sur la pratique des affaires (Doing Business) la Banque mondiale a identifié la RDC comme étant l’un des pays les plus améliorés, montre quels progrès peuvent être réalisés. L’activité accrue et davantage diversifiée du secteur privé en RDC peut faire beaucoup plus que l’aide pour développer ce grand pays.

Il est essentiel d’exploiter l’activité dans les secteurs des mines et des hydrocarbures pour améliorer le niveau de vie du peuple congolais, mais cela ne suffit pas. Les dividendes de cette croissance économique doivent être ressentis par beaucoup plus de personnes à travers le pays.

Le Royaume-Uni contribue, d’une part, à améliorer la gestion des finances publiques, afin que le budget soit entièrement dépensé, les ressources allouées aux priorités convenues et, d’autre part, à limiter les possibilités de corruption en s’assurant que le processus soit transparent et redevable. C’est juste un des moyens par lesquels le Royaume-Uni contribue à renforcer les institutions de l’Etat, aux niveaux national et provincial.

Le Royaume-Uni s’efforce également de répondre plus directement aux besoins des plus pauvres.
Nous travaillons avec des partenaires gouvernementaux et des ONG pour aider à améliorer la prestation des services et à renforcer les systèmes du gouvernement en matière de santé (y compris la prévention du paludisme), l’éducation, l’eau et l’assainissement ainsi que la nutrition.

Ainsi, par exemple dans le secteur de l’eau et l’assainissement, plus de 1,5 millions de congolais, hommes, femmes et enfants améliorent leurs pratiques en matière d’hygiène, tout en bénéficiant de l’accès accru à l’eau potable et à l’assainissement.

Et en matière de santé, depuis 2011, nous avons pris en charge 400 000 naissances avec l’appui d’infirmières, de sages-femmes et de médecins, et distribué plus de 4,6 millions de moustiquaires imprégnées d’insecticide pour lutter contre le paludisme. Notre nouveau programme d’éducation, mis en œuvre conjointement avec l’USAID, permettra à 450 000 enfants d’accéder à l’enseignement primaire et à améliorer les aptitudes en lecture pour presque 1,4 millions d’élèves s’exprimant dans leur langue locale ou en français.

Les bénéfices issus de la croissance doivent atteindre davantage de femmes et de filles. Le Royaume-Uni s’engage à faire progresser l’égalité du genre dans son propre pays et dans le monde entier. C’est pourquoi, en juillet 2014, nous avons consacré dans la loi notre promesse de nous assurer que tous nos programmes s’efforcent, dans la mesure du possible, d’améliorer la vie des femmes et des filles, et de contribuer à réduire les inégalités liées au genre.

Aucune société, ni aucune économie ne pourra jamais réussir si 50 % de la population sont confrontés à des obstacles importants à la réalisation de leur potentiel.

Des croyances et pratiques nuisibles, comme les violences sexuelles basées sur le genre, les mariages précoces et les grossesses précoces, leur font subir davantage de discrimination en limitant leur choix.

Nous œuvrons à combattre les causes des inégalités liées au genre. Cette année, nous avons lancé notre nouveau programme, La Pépinière, qui permettra de renforcer le potentiel pour l’autonomisation économique des femmes et des filles. Il s’efforcera de garantir aux femmes et aux filles l’augmentation de leur libre-arbitre et de leur voix et, ce faisant, de réduire leur vulnérabilité aux violences sexuelles basées sur le genre.

Par le biais de notre travail sur la gouvernance, les services de base, l’humanitaire, la paix et la stabilité, nous cherchons à répondre, de manière sensible à l’égalité des genres, aux causes ainsi qu’aux conséquences des conflits et de l’abus des droits humains, en vue d’une approche conjointe pour la prévention de la violence sexuelle en RDC, tout en assurant l’amélioration des services pour les survivants.

Enfin, notre contribution à une paix durable dans tout le pays consiste à s’attaquer aux causes profondes des conflits, à l’inégalité et à la corruption. Là où des personnes sont incitées à prendre les armes, nous ne pouvons pas juste démobiliser les combattants. Nous devons travailler ensemble, en coordination, afin d’aborder les raisons pour lesquelles les individus recourent à la violence et, une fois pour toutes, convenir sur les conditions requises pour la paix et la stabilité durables.

Parmi tous les domaines mentionnés ci-dessus, le Royaume-Uni travaille en partenariat avec les autres bailleurs de fonds, les autorités de la RDC, la société civile et le secteur privé, à l’appui des priorités de développement de la RDC. Il existe des secteurs où tous ces acteurs travaillent bien ensemble.

Cependant, trop souvent nous constatons un chevauchement d’efforts et des engagements non respectés. Nous tous – y compris le Royaume-Uni – avons besoin d’améliorer nos performances dans ce domaine pour aider la RDC à exploiter son potentiel.

Chaque nation a ses propres valeurs fondamentales. Les valeurs prônées par la Grande-Bretagne sont la tolérance, la démocratie, le respect des droits de l’homme et l’état de droit. Nous travaillons toujours conformément à ces valeurs.

Le troisième point est relatif à un courriel que j’ai reçu il y a tout juste deux semaines. L’expéditeur, un étudiant ici à Kinshasa, avait constaté que la Grande-Bretagne est le deuxième bailleur en RDC, avec un programme bilatéral de 230 millions de dollars par an, sans oublier des contributions à des organisations multilatérales comme la Banque mondiale, la Banque africaine de développement et l’Union européenne. Il se demande pourquoi la Grande-Bretagne est donc si engagée en RDC ?

La réponse est que nous sommes ici parce que nous avons un partenariat de développement avec le RDC et une profonde affection pour ce pays et ses habitants. Les gouvernements britanniques successifs ont fait du développement international un de leurs plus grandes priorités. Le gouvernement dirigé par le premier ministre David Cameron s’est réengagé à consacrer 0,7 % du produit intérieur brut du Royaume-Uni sur l’aide publique au développement. Il s’agit d’une source de grande fierté pour le peuple britannique.

Notre objectif n’est rien de moins que l’éradication de l’extrême pauvreté. Et environ 5 % de ces personnes vivant dans l’extrême pauvreté dans le monde se trouvent, selon la Banque mondiale, en RDC.

Notre partenariat pour le développement avec le RDC est donc essentiel en vue d’atteindre ce but. Il est absolument indéniable que la RDC a réalisé beaucoup de progrès au cours des 13 dernières années. Toutefois, la RDC n’atteindra aucun des Objectifs du Millénaire pour le Développement. Et son PIB par habitant, malgré une forte croissance économique, est l’un des plus bas au monde. Il est au fond ou près du fond des indices de développement humain.

Par conséquent, il est également clair qu’il y a encore une montagne à gravir. Mais avec le soutien de la Grande-Bretagne et d’autres partenaires, la RDC ne doit pas grimper cette montagne seule.

Et enfin, nous sommes ici, en tant que membre Permanent du Conseil de sécurité des Nations Unies, pour soutenir la MONUSCO à remplir son mandat et à faire en sorte qu’elle le réalise.

Un élément vital dans ce processus est la stabilisation de l’est de la RDC, en mettant fin aux groupes armés qui mènent quotidiennement la vie dure à tant de populations congolaises. Cela nécessite une intégration militaire, politique et une stratégie de développement.

Cet objectif ne peut être atteint que si les Nations Unies et le gouvernement congolais travaillent ensemble et, en effet, quand ils travaillent ensemble, les résultats sont excellents. Et dès que cette mission a été accomplie, il sera temps pour la MONUSCO de quitter. Aucun membre du Conseil de sécurité ne tient à rester un jour de plus que nécessaire.

Pour conclure, réfléchissez à la puissance du fleuve Congo, sur les rives duquel nous nous trouvons ce soir. Il est évident qu’un tel grand fleuve appartient à une grande nation. Et une grande nation aura sûrement un bel avenir. Il incombe au peuple congolais de décider du chemin qui mène vers cet avenir. Mais le Royaume-Uni sera toujours à ses côtés.

Et enfin, je propose un toast – à Son Excellence le Président Joseph Kabila Kabange et à Sa Majesté la Reine Elizabeth II !

Vive le Royaume-Uni !

Vive la République démocratique du Congo !

Merci beaucoup.”

Published 23 juin 2015