Actualités

Vers une meilleure économie, sobre en carbone

This world location news article was published under the 2010 to 2015 Conservative and Liberal Democrat coalition government

L'ambassade de Grande-Bretagne à Paris s'associe à la publication du premier rapport de la Commission Mondiale sur l’Economie et le Climat.

La Commission Mondiale sur l’Economie et le Climat lance aujourd’hui leur premier rapport « Better Growth, Better Climate : the New Climate Economy Report ». La Commission a été établie par la Corée, la Colombie, l’Ethiopie, l’Indonésie, la Norvège, la Suède et le Royaume-Uni.

L’Ambassade de Grande-Bretagne travaille de concert avec les Ambassades françaises des autres pays fondateurs pour promouvoir cette première étude, qui représente une contribution importante aux réflexions politiques sur le climat, dont la réunion internationale prévue en décembre 2015 à Paris.

Le Ministre britannique aux Affaires étrangères, Philip Hammond, a rencontré aujourd’hui son homologue français Laurent Fabius. Lors de leur réunion, ils ont abordé les conclusions de ce rapport.

Le rapport démontre comment les politiques économiques et financières peuvent également appuyer nos efforts pour réduire l’impact du changement climatique, tout en contribuant à la croissance économique. Les principales conclusions expliquent notamment que :

  • l’investissement programmé pour les infrastructures énergétiques et l’aménagement de nos territoires et de nos villes (quelques 90 000 milliards de dollars américains au niveau mondial d’ici 2030) représentent une occasion à ne pas manquer pour rendre nos économies sobres en carbones et, en ce faisant, promouvoir l’emploi, la croissance et l’innovation.

  • des économies dites « sobre en carbone » se traduisent en une meilleure qualité de croissance : des effets secondaires bénéfiques des enjeux de santé, de pollution, de pauvreté, de sécurité énergétique.

  • des entreprises, des villes et des pays entiers n’ont pas attendu pour investir dans une économie sobre en carbone. Par exemple, la ville de Stockholm a réussi à réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 35% entre 1993 et 2010 avec, en parallèle, une croissance économique de 41% – l’un des taux de croissance le plus élevés en Europe.

  • pour agir, les entreprises et les investisseurs ont besoin de signaux clairs de la part des gouvernements : un accord international sur la réduction de nos émissions et un vrai prix du carbone.

Le rapport propose notamment 10 recommandations pour aider les gouvernements et les entreprises à agir sur les prochaines années. Jetez-y un coup d’œil !

Est-ce que vous êtes d’accord avec ces conclusions ? Vous-même, avez-vous vu des exemples d’innovation ou de technologies de développement durable dans votre ville ? Partagez vos expériences ou vos photos avec nous : #ncereport

Notes aux éditeurs

La Commission Mondiale sur l’Economie et le Climat est une nouvelle alliance dont le but est d’examiner de plus près les analyses coûts-bénéfices des actions menées pour atténuer le changement climatique. La commission est présidée par l’ancien Président du Mexique Felipe Calderón, et constituée d’anciens chefs d’état, ministres de finances, et d’économistes ainsi que d’experts dans le domaine des affaires ou de la finance, comme par exemple Lord Nicholas Stern (auteur du rapport Stern de 2006 sur l’économie du changement climatique).

Rejoignez-nous sur Facebook, Twitter et Instagram !